Vous êtes ici : Accueil > Nos activités > Développer de nouvelles approches des maladies émergentes et re-émergentes

Développer de nouvelles approches des maladies émergentes et re-émergentes

Publié le 3 mars 2017

​La vaccination classique, qui utilise une forme atténuée ou inactivée d’un agent pathogène pour déclencher une réponse immunitaire spécifique, est infructueuse pour beaucoup de maladies infectieuses graves : SIDA, hépatite C, tuberculose, Chikungunya… Les équipes d'IDMIT, département de l'Institut de Biologie François Jacob, s’intéressent aux mécanismes d’infection, de pénétration des pathogènes, à la réponse de l’organisme infecté, aux premières étapes de la réaction immunitaire. En améliorant ces champs de connaissances, elles participent à l’élaboration et à la validation de nouvelles stratégies vaccinales mais aussi de nouvelles prophylaxies et thérapies.

Les laboratoires du site CEA de Fontenay-aux-Roses peuvent être mobilisés par le gouvernement lors d’une crise sanitaire, notamment épidémique. Cela a été le cas lors de la crise de la vache folle (un test diagnostique post mortem a été mis au point à Fontenay-aux-Roses pour distinguer les animaux sains des animaux malades), lors de l’épidémie de grippe aviaire ou encore plus récemment lors de l’épidémie de Chikungunya à la Réunion puis aux Antilles.

 
 
 
 
 
 
 
À Fontenay-aux-Roses, des scientifiques s’intéressent particulièrement aux premières étapes de la réaction immunitaire, cruciale dans la vaccination. Cette illustration de coupe d’épiderme fait apparaître les noyaux de cellules (en bleu) et des cellules dendritiques (en rose). Ces cellules interviennent pour présenter un agent étranger au système immunitaire. © CEA
 

Une infrastructure nationale pour étudier les maladies infectieuses : IDMIT

IDMIT  est une Infrastructure Nationale en Biologie et Santé, dédiée à la modélisation des maladies infectieuses et des thérapies innovantes. Elle est soutenue par le Programme d’investissement d’avenir afin de se consacrer aux programmes de recherche préclinique sur les vaccins et les traitements antimicrobiens à usage humain. Cette infrastructure unique en Europe concentre tous les acteurs français leaders du domaine. Son objectif principal est de fournir à la communauté scientifique nationale et internationale un équipement et des moyens destinés à faciliter la découverte de marqueurs d’innocuité et d’efficacité de vaccins et de traitements, et d’accélérer le transfert d’innovation de la recherche vers le patient.