Vous êtes ici : Accueil > Nos activités > Concevoir des thérapies innovantes

Concevoir des thérapies innovantes

Publié le 3 mars 2017
 
Trouver un nouveau traitement consiste à développer un nouvel agent thérapeutique ou un nouveau mode d’administration mais aussi à identifier une nouvelle cible thérapeutique. Ensuite, l’efficacité et l’innocuité de la nouvelle thérapie doivent être évaluées. Autant d’étapes dans lesquelles les chercheurs de l'Institut de Biologie François Jacob du CEA (Fontenay-aux-Roses) s’impliquent. Plus particulièrement, ils mettent en place de nouvelles stratégies de thérapie génique, moléculaire ou cellulaire.

Pour élaborer ces nouvelles thérapies, les scientifiques des départements MIRCen et STI de l’Institut conjuguent des compétences dans des domaines très variés : biologie moléculaire, biochimie, virologie, physiologie, comportement moteur et cognitif, neurologie, neurochirurgie, physique, mathématiques et imagerie. Spécialistes des maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, Huntington, sclérose en plaques) ou des maladies du sang (bêta-thalassémie, drépanocytose…), ils apportent leurs connaissances et leurs savoir-faire au monde académique, industriel et médical.

Les équipes de Fontenay-aux-Roses ont notamment été impliquées dans plusieurs « premières » en thérapie génique, pour traiter la bêta-thalassémie et pour la maladie de Parkinson notamment.


Pour traiter un patient atteint de la maladie de Parkinson par thérapie génique, il faut lui injecter dans le cerveau un vecteur qui permet à certaines cellules de produire leur propre médicament. Ce protocole a été élaboré avec les équipes de Fontenay-aux-Roses avant d’être mis en œuvre à l’hôpital Henri Mondor (Créteil, 94). ©CEA

 

Deux infrastructures nationales pour l'imagerie et la recherche translationnelle

À Fontenay-aux-Roses, le centre de recherche translationnelle MIRCen (CEA-Inserm) s'appuie sur l'imagerie pour concevoir et valider de nouvelles thérapies. Il coordonne l'Infrastructure Nationale en Biologie et Santé de recherche translationnelle pour les biothérapies en neurosciences, NeurATRIS, sélectionnée par le Programme Investissement d'Avenir. Cette infrastructure permet de renforcer la recherche fondamentale en neurosciences avec notamment une meilleure compréhension des mécanismes du système nerveux. Elle permettra des développements cliniques fondés sur les biothérapies.
En étroite collaboration avec deux services de l'Institut des Sciences du Vivant Frédéric Joliot du CEA (Centre Paris-Saclay), le Service Hospitalier Frédéric Joliot (SHFJ) localisé à Orsay, et NeuroSpin, centre de recherche sur le cerveau qui exploite de grands instruments d'imagerie situé à Saclay, MIRCen contribue à l'Infrastructure Nationale d'imagerie in vivo chez l'homme : France Life Imaging (FLI), coordonnée par le CEA. FLI coordonne et harmonise la recherche technologique française en imagerie préclinique et clinique en offrant à la communauté scientifique des équipements au meilleur niveau de développement.